L’extermination du peuple Igbo au Nigéria

image: wikimedia

En 1967, le peuple Igbo a déclaré son indépendance et a créé la République du Biafra. La réaction du gouvernement nigérian ne s’est pas faite attendre, notamment parce que dans le Biafra se trouvaient les 4/5 des gisements de pétrole du Nigéria.

Le conflit a duré environ trois ans, et se termina par la victoire du gouvernement. Tous les services et les infrastructures du Biafra ont été détruits, provoquant des milliers de morts de faim et de maladie. Environ deux millions de personnes ont perdu la vie tandis que trois autres millions sont devenus réfugiés.

Aujourd’hui encore le peuple Igbo est fortement discriminé, et fait toujours pression pour que ces crimes soit reconnus comme génocide.

Le «nettoyage» du Cambodge

Voici peut-être l’un des génocides les moins connus dans le monde occidental. Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges occupèrent le pays et divisèrent la population en «peuple nouveau» (à ré-éduquer), «sous-peuple» et «traîtres» (à éliminer).

Les Khmers rouges ont ainsi exterminé environ deux millions de Cambodgiens(l’ensemble de la population s’élevait à moins de huit millions); les principales victimes ont été les minorités vietnamiennes, chinoises et musulmane Cham, mais aussi tous ceux qui avaient des diplomes élevés ou une profession indépendante.

L’extermination n’a pas encore été reconnue internationalement.

La suite à la prochaine page