Chef de la région de Dedza, située dans le centre du Malawi, Theresa Kachindamoto a décidé d’aller à l’encontre des traditions et des mœurs pour défendre les femmes de son pays. Depuis qu’elle est arrivée au pouvoir il y a trois ans, celle qui gouverne plus de 900 000 personnes a fait le choix de rester fidèle à ses convictions. Et sa priorité est de mettre fin au mariage des enfants, et en particulier à ceux des filles.

@aljazeera

Le Malawi, région d’Afrique connue entre autres parce que Madonna y a adopté deux enfants, est l’un des pays où les unions d’enfants sont les plus fréquentes. En moyenne, selon une étude menée par l’Unicef en 2012, une fille sur deux est mariée de force avant d’atteindre l’âge de 18 ans. De quoi afficher l’un des taux en la matière les plus forts de la planète. Pas franchement une fierté pour cet état du sud de l’Afrique, coincé entre la Zambie et le Mozambique. Sans parler des camps par lesquels doivent passer les jeunes filles afin d’y être initiées sexuellement.

Theresa Kachindamoto veut y mettre fin et souhaite prendre des mesures pour changer les choses. Après avoir été secrétaire pendant 27 ans, elle a été appelée à prendre la succession de chefs locaux. Puis, petit à petit, elle a eu l’opportunité de gravir les échelons pour agir.

Précédent1 sur 2
La suite à la prochaine page