Vous avez certainement déjà vécu cela : avoir discuté avec une personne du sexe opposé de la couleur de quelque chose, et ne pas être parvenu à vous mettre d’accord sur la réponse. (Non on vous rassure, on ne vous reparlera pas ici de l’histoire de la robe bleue et or !)

Si vous êtes un homme, il y a fort à parier que vous vous êtes alors retrouvé assez perplexe devant des termes tout nouveaux pour vous, dont vous ne saviez même pas qu’ils se pouvaient désigner des couleurs pour commencer : Lilas, œillet, melon, amande ou fougère, pour vous ce sont des noms de plantes, rien de plus ! Vous vous sentiriez bien en peine de dire la différence entre le bleu paon, le bleu roi, le bleu pétrole, le bleu perle ou le bleu outremer… Et on ne parle même pas de ces termes mystérieux que sont anthracite, incarnat, taupe ou moutarde !

Si vous êtes une femme, en revanche, vous avez pu vous retrouver légèrement exaspérée de voir que votre interlocuteur masculin n’était même pas fichu de savoir la différence entre un vert pomme et un vert sapin — pour vous c’est clair, ce sont deux couleurs totalement différentes !

Eh bien, il semblerait que la science ait une réponse à cela : car si ce genre de situation est si commune, c’est tout simplement… parce qu’il y a une raison physique à cela : les femmes et les hommes voient les couleurs différemment. Genre, vraiment.

Précédent1 sur 5
La suite à la prochaine page