Première explication : « Il fait un peu frisquette »

Après une demi-heure passée les yeux braqués au sol, pire qu’un fétichiste à un défilé Louboutin, le premier constat est clair : la chaussette-nu-pieds ne court pas les rues. Au pied de la tour Eiffel, seulement trois touristes ont fait ce choix audacieux. Parmi eux, un seul a accepté de nous répondre : Mike*, venu des Etats-Unis, explique qu’il fait « un peu frisquette » pour lui en ce lundi 8 août. A sa décharge, la météo parisienne nous gratifie d’un 18°C assez mesquin. Mais alors pourquoi mettre des chaussures ouvertes ? Le mystère reste entier et Mike s’enfuit, emportant son secret avec lui.

Force est de constater que le phénomène des chaussettes-tongs est exclusivement masculin. Pourquoi ? Parce que les hommes mettent rarement six paires de chaussures dans leur valise pour 15 jours de vacances. Lorsque la météo change, ils enfilent fièrement leurs tongs comme si de rien n’était. Jusqu’au moment où un de leurs orteils devenu bleu menace de tomber comme un bout de banquise. Résultat : on sort les chaussettes. L’hypothèse d’une société secrète, de mèche avec l’ordre des pantacourts et la confrérie des espadrilles pour mettre un point final à la classe et la distinction partout dans le monde, s’éloigne au fil de notre enquête.

 

La suite à la prochaine page