ht-03
Source photo : JD Hancock

Quoi de plus insupportable que ces grands voyageurs qui, de retour au bercail, s’inventent des difficultés de réadaptation à leur environnement d’origine? Parce que le coup du « jetlag », ça marche un jour ou deux, après, pour bien rappeler à son auditoire qu’on a bourlingué, il convient de traduire littéralement des idiomes locaux, comme si la vie était tellement plus intense « là-bas » qu’on en avait perdu ses réflexes linguistiques. Ces petites expressions, faussement intraduisibles en français, irritent au plus haut point, démonstration :

  • « Faut que je conteste mes e-mails »
    Par celle qui est partie à Madrid pendant six mois et pense encore qu’elle peut garder contact avec les huit mille personnes qu’elle y a rencontrées.
  • Précédent1 sur 11
    La suite à la prochaine page