On ne s’épile pas toujours
Elles sont loin, les premières nuits ou on s’assurait d’avoir les jambes (entres autres) toutes douces, sans un poil susceptible de passer sous les doigts de notre Jules. Aujourd’hui, si on a la flemme de s’épiler, ce n’est pas grave, tant pis pour lui ! Mais le meilleur dans tout ça, c’est qu’il s’en fiche !

La suite à la prochaine page