Angel, 30 ans, une mère Américaine de trois enfants (l’un âgé de quatre ans, l’autre de trois et le dernier de quelques mois), vit actuellement dans un foyer avec toute sa petite famille, à New York. Une situation précaire bien que cette maman courage ait un travail, et est dévouée à son entreprise, la chaîne d’équipements sportifs Modell’s Sporting Goods (153 magasins), à New York. Mais cet emploi de vendeuse ne lui permet pas de trouver un toit. Jusqu’à ce qu’une émission de télévision change sa vie…

@GageHirmar

Sans le savoir, Angel a participé en 2012 à « Undercover Boss », la version américaine de « Patron Incognito », diffusée chez nous sur M6. Le concept du programme ? Le PDG d’une entreprise est grimé en un « employé » et se fait passer pour un interne en formation dans sa propre société afin de tâter le pouls de son entreprise sur le terrain, lui-même.

Cette émission, diffusée sur CBS, est tombée sur la chaîne Modell’s Sporting Goods, et plus précisément, sur Angel. Cette dernière a dû former son propre patron, Mitchell Modell, qui pour l’occasion a été renommé « Joey », sans le savoir. Faisant son maximum pour que son nouveau « collègue » se sente à l’aise dans le magasin, elle montre qu’elle est une battante, qu’elle n’a peur de rien, et surtout qu’elle a toujours le sourire malgré l’enfer qu’elle vit dans la sphère privée. Et peu à peu, elle se confie. Elle raconte alors son difficile parcours à son collègue, sans se douter une seconde qu’il s’agit de son patron. « Ce n’est pas grave, je ne veux pas que tu sois triste pour moi. J’ai connu pire. On a dormi dans des arrêts de bus, on n’avait pas d’argent pour manger. Mais la vie s’améliore. Tant que tu te bats » déclare t-elle.

Devant autant de force et d’abnégation, de courage, le PDG sous couverture n’a pu s’empêcher de lâcher, ému en larmes : « C’est moi qui décide combien sont payés les gens qui travaillent ici, et ça me rend malade de savoir que l’un d’entre eux est sans-abri ».

La suite à la prochaine page

Précédent1 sur 2
La suite à la prochaine page