L’Islam n’est pas une religion de guerre mais une religion d’amour et de paix

Le terrorisme n’a rien à voir avec une religion où une autre. C’est un guerre, une volonté de faire peur et de détruire. Récemment, de nombreux actes terroristes ont été revendiqués par l’Etat Islamique, une organisation militaire et politique qui utilise la religion pour convaincre certaines personnes du caractère véridique de leur lutte.
Les membres de l’EI sont souvent d’idéologie salafiste djihadiste. Ce n’est pas une raison pour faire des amalgames et dire que l’Islam est une religion de terroristes.
Voici 12 idées reçues sur la religion musulmane que l’on va essayer de démystifier.

1. Le Coran prône la Guerre Sainte, le Djihad
coran ouvert

Source photo : twitter

A aucun endroit dans le Coran il est question de guerre sainte (vocabulaire de la Bible). En revanche, le terme Djihad apparait en effet. Il signifie « l’effort », « oeuvrer pour le bien ».
« Quant à ceux qui fournissement un effort (djihad) de réflexion pour Nous et en Nous, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers. Dieu est en vérité avec les bienfaisants… » (Coran 29 : 29)
La lutte armée est également mentionnée dans le Coran (sous le nom de Quittal), mais elle est essentiellement défensive. Il faut remettre dans le contexte historique le Coran, apparu à une époque où les guerres entre religions étaient monnaie courante. L’idée c’est : il faut combattre ceux qui combattent, et aller vers la paix s’ils inclinent à la paix également (Coran 22 : 39-40, Coran 8 :61-62).
Ceux qui cherchent la confusion et la division ont faussé les interprétations sur le Djihad en sélectionnant certaines portions du texte sacré sans les remettre dans leur contexte.

2. L’Islam est intrinsèquement violent
Les détracteurs de la religion musulmane adorent relever des extraits du Coran pour prouver que c’est un texte « barbare », « violent », rempli d’appels au meurtre contre les non-musulmans.
En réfléchissant ainsi, ils réfléchissent comme les extrémistes musulmans, qui font une lecture sélective d’un ouvrage riche, aux interprétations variées, sans remettre les citations dans leur contexte historique. A ce compte-là, tous les Livres saints sans exception sont violents et barbares de la même façon.
Et rappelons aussi que les premières victimes du terrorisme de l’EI sont des Musulmans, qui sont tués en nombre en Syrie, en Tunisie et ailleurs depuis plusieurs années.

Lire la suite à la page 2..

Précédent1 sur 4
La suite à la prochaine page